Du Dîner Undercover


il y eut d’abord un blind-test…
non pas que le blind-test soit en passe de devenir une habitude du dînerdujeudi
mais la playlist que j’avais concocté était un peu faite pour ça, non?
il y eut aussi des photos manqués… quoique celles-ci sont pour une fois plutôt réussies…
et puis, il y avait deux américains autour de la table… par hasard…
ça a parlé clochers et boites aux lettres…
ou caraïbes et crustacés…
et martine nique en réunion?
sauf qu’on a aussi appris qu’ils se connaissaient tous…
flippant non?

et puis comme souvent, un chien a chanté
une dernière bouteille s’en est allé
un taxi spécial a été appelé
peu après que la troisième heure ait été sonné
il était bien temps de tirer la couverture sur ce dîner…

en vrai, de quoi avons-nous parlé?
de tout ça et d’autre chose…
et puis pourquoi je devrais vous le détailler après tout…
de l’imagination que diable!

et même qu’on a mangé ça:
La quiche liquide qui bluffe tout le monde!
Le crémeux avocats-courgettes
Le mariage du chèvre, du miel et de l’origan dans de petits cakes salés
Les mini-brochettes de boeuf au comté avec de la bonne purée maison à la cive et une sauce curry au lait de coco
Une mousse au chocolat qui croustille!

Du Dîner Brochettes&Sucettes

C’était un de ces dîners dont je me souviendrai très longtemps.

Un peu parce-que c’était n’importe quoi du début à la fin.
Un peu parce-qu’il s’est achevé à l’heure où Paris s’éveille.
Un peu pour ces quelques minutes avec Anne, arpentant le bitume parisien à 5h du mat’, dans une partie de cache-cache avec une voiture taquine ayant eu l’outrecuidance de se planquer là où elle s’était garée.
Un peu pour cette arrivée tonitruante de Samuel nous confiant une rencontre aussi douloureuse que fortuite avec un poteau désespérément stoïque à la sortie du métro.

Et peut-être un peu aussi pour cet Armagnac 1976 venu se faire liquider sans sommation.
Parce-qu’on est comme ça au Dîner du Jeudi.

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…