Du Dîner Back to the Roots

«Que le temps passe vite au diner du jeudi!»

bien sûr c’est moi qui l’écrit! mais ce n’est pas moi qui l’ai dit…
car les diners du jeudi défilent et nos convives en sont à chaque fois plus émoustillés

évidemment, si je vous confiais que la même qui partageait ce constat d’une lucidité remarquable me confiait un peu plus tôt: «Pour Haribo, je suis prêt à me prostituer» sans doute détruirais-je par la même ce slogan prometteur

mais peu importe!
puisqu’au dinerdujeudi, la qualité prime en tout et surtout sur tout.
puisqu’au dinerdujeudi, on redonne confiance en l’humain
et humblement, en chaque instant, on tente de prouver que «c(e) (n)’est (pas) une race minable les hommes!»

Et même qu’on a écouté ça
Et même qu’on a mangé ça:
Oeufs de caille en cocotte – version pain au fromage
Mini brochettes de crevettes et mousseline de betterave
Magrets de canard et gratin de pommes de terre aux cèpes, crème de persil à l’ail
Petits pots de crème au chocolat vanillée aromatisée à la fève tonka

Du Dîner des Mélanges

Le dîner des mélanges… Pfff…
Pas super accrocheur comme titre de dîner ça, n’est-ce pas?
J’avais bien tardivement suggéré Roulez-Poulet mais allez comprendre pourquoi cela n’a pas été retenu par le boss!

M’enfin…
On avait ce soir-là autour de la table un agent de sportif peu vereux, et une fille de pub, une habituée ayant subi bon gré mal gré l’implacable règle du parrain (« Si l’invité que tu nous envoie décommande, c’est toi qui te repointe sur le champ »).

Alors oui, on les connaissait tous deux dès le début du repas.
Et qu’importe finalement!
Et tant mieux même si le Dîner du Jeudi n’est qu’un prétexte pour passer un autre bon moment avec des gens qu’on aime.
C’est toujours ça que les Allemands n’auront pas! Non?!

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

PS: Au cas où cela n’apparaisse pas clairement à travers ce billet, j’aime vraiment beaucoup les Allemands!

Du Dîner Carambar

Extraits des échanges du premier diner du jeudi du vendredi…
Et du premier diner du jeudi à 5 même.

« - Arrêter de fumer, c’est qu’une question de mental. La dépendance physique à la clope est super courte en fait !
- Mais tu racontes vraiment n’importe quoi toi ! »

« - Moi, si je tombais amoureuse d’un mec de 21 ans, je laisserais tomber. Juste pas possible…
- Mais alors, c’est que tu ne serais pas vraiment amoureuse…
- Moi, j’ai eu une histoire avec une meuf de 20 ans. Étudiante. En fait, c’était le clivage social qui a fait merdé. Plus que la différence d’âge…
- Non, mais qu’est-ce que tu dis toi ?! »

« - Où est-ce que je peux poser ç…
- AAAAAAAHHHH ! MERDEUH !! Tu m’as fait planter mon mini-crumble »

« - C’est comme toi avec ton taf alors. Elle a fait le choix rationnel de rester auprès de son mari, c’est tout !
- Oui mais non… C’est pas pareil quand même!!
- Tu dis quoi toi?! Qu’elle était l’employée de son mari ?! Mais c’est vr…
- Ah non, j’ai pas dit ça! »


« Quand on est con, on est con ! Quelque soit la couleur de la peau ! »

« Il te reste pas une bouteille là ? »

Il est possible que j’ai mal retranscrit, mais vous saisissez l’esprit j’espère.

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

Du XMas Dinner

Les amis, je crains n’avoir pas grand chose de plus à raconter sur ce dîner que cette photo à exhiber.
Et je doute que le potentiel comique d’une paire de lunettes de soleil polnareffienne soit suffisant pour pleinement remplir ce billet, et l’inscrire au TOP50 des billets dont on parlera cette semaine…

Je ne suis pas franchement photographe et ma créativité visuelle est relativement incertaine.

Enfin Bref…
Le truc de ce XMas Dinner, c’est sans doute qu’on l’attendait un peu trop.
Tu m’étonnes qu’on allait s’en foutre plein la panse.
Et on allait surtout pas prendre le risque d’une invitation inconnue ou annulée.
Tsss… Tsss… Tsss… On n’allait juste inviter du proche et du lourd.
Du qui tient le coup jusqu’au bout de la nuit à coup de discussions mémorables.

Vous voyez le truc quoi?
La soirée qu’on attend trop, et puis qui finalement, comme le disait l’un des Grand Jacques, finit par faire un peu Pschitt! quand même.

Bé Voui… On est comme ça aussi au Dîner du Jeudi.

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…


Du Dîner Italien


On pensait bien avoir tiré les leçons des derniers dîners.
Convives identifiés et assurés depuis quelques jours.
On allait pouvoir repartir sur de bonnes bases…

Sauf qu’on s’est pris 2 annulations le jour même.
Bon, officiellement, évidemment, je comprends. Ce sont des choses qui arrivent etc…
Aucun problème. C’est cool, c’est…
Mais en réalité, j’étais plutôt comme ça…

Peu importe.
Nous avons du coup testé le premier diner du Jeudi à 3, et continuer à affiner le « concept ».

Et puis ensuite, on a parlé des relations amoureuses, et des couples.
Et on en a dit bien du mal sur les couples.
Parce-que les couples, c’est nul non?
Enfin, on voulait dire, les couples dilués quoi.
Vous savez ceux, où l’on ne voit très bien la tête de la queue.

Enfin bref…
On a parlé de couple donc.
Et on a joué de la basse aussi pour une fois.
On est comme ça au Dîner du Jeudi…

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

Du Dîner Croquants&Fondants

Je ne sais plus très bien de quoi on a parlé à ce dîner du jeudi-là.
Et ce n’est certainement pas parce-que l’on se serait fait chier!

En premier lieu, Delphine avait sorti l’artillerie lourde en cuisine.
De la guérilla culinaire!
Du traquenard gastronomique!
Tu vas tout bouffer et ne rendras les armes qu’après avoir laisser tes papilles s’exclamer!!!
Mais voilà que je m’esbaudit un peu trop par ici.
Elle vous parle de tout ça un peu plus bas de toute façon.

Et si je ne me souviens plus précisément de quoi nous avons parlé à ce dîner du Jeudi, c’est surtout parce-qu’on y a jeté nos cagoules en l’air pour partir sautiller sur le parquet.

Je ne sais pas trop comment ça a commencé.
Je sais juste que ça a remué du fessier, ça a exhibé de l’aisselle, ça a rock’n’rollé à l’ancienne, ça a poumpopzedjamé jusqu’au bout de la night.
Du son qu’il est bon et qu’il est lourd, tellement qu’on vous en a mis quelques morceaux de côté dans la playlist de la soirée.

POUOMP HOP ZE DJAIMMMMM !

On est comme ça au Dîner du Jeudi.
Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

Du Dîner Rose

En pratique, c’est vraiment ce soir-là que l’on a inauguré le « concept » des dîners du Jeudi.
A débarqué autour de la table un de ces inconnus dont le seul mérite reconnu était d’être envoyé par une précédente invitée.
L’idée est vraiment chouette en théorie.
Mais bon… Vous connaissez le truc sur les amis des amis qui en seraient aussi ?
Vous savez donc ainsi que ça ne marche pas à tous les coups, n’est-ce-pas?

Anyway…
Quelques instants avant que ne débarque le fameux Fred, loin de me dire à nouveau que ces histoires d’amis d’amis ne sont qu’une vieille déclinaison du politiquement correct le plus niais, je me met à craindre une de ces soirées interminables…
Et voilà bien une erreur typique de débutant en Dîner du Jeudi !

Parce-qu’il y a toujours un truc à retenir ou prendre lors d’un Dîner du Jeudi.

Peu importe même que les conversations s’étendent quelques fois trop longuement sur les colères de la crise, ou les fuites des dernières versions du vaccin de la grippe H1N1 (ou un truc dans le genre…), il en ressort toujours quelque chose de neuf.

Et quand bien même le hasard fait aussi bien les choses que tous les amis de mes amis sont mes amis, il reste toujours l’alcool pour dissiper les silences gênés des premières fois, non ?

Mais comme trop souvent, je digresse.
Puisque cette nouvelle première fois fut évidemment…
Hum… Vous savez quoi ?
Peu importe l’adjectif qualificatif que je m’apprêtais à taper ici?
Qui a besoin d’adjectifs aujourd’hui ? Ils sont trop souvent excessifs ou simplets n’est-ce pas?

Si je n’ai qu’une chose à relater de ce repas, c’est que sur la fin, je crois qu’on a fini par jouer de la batterie.

Et si ça, ça veut pas dire que c’était top ?!

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

Du Dîner Burger

DDJ #1DDJ#1-1

C’était le premier dîner du Jeudi.
Et c’était pour nous un événement en soi.
Une première fois, cela ne s’oublie pas.
Et celle-là, comme les autres, n’y manquerait pas.

Alors que j’écris ce billet, plusieurs semaines se sont écoulés pourtant.
Les souvenirs de conversations se sont largement envolés.
Quelques saveurs d’apartés avec l’un des invités que je n’avais pas vu depuis si longtemps.

Je ne sais même plus très bien ce que nous avions dégusté.
Mais immanquablement, dès ce soir-là, il était évident que c’était le premier d’une série qui n’appelait pas à se terminer.

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…