Du Dîner Kitchen

il se passe des coïncidences parfois au dinerdujeudi…
je n’en ai pas une en particulier à vous conter de cette soirée dont le nom si vous l’inversez est kitchen dîner
mais à bien y réfléchir, il y aurait pu y en avoir
et c’est en ça que c’est intéressant, n’est-ce pas?

d’ailleurs, pas plus tard que lors de ce dîner Kitchen, l’un des invités nous contait une histoire abracadabrante à base de rames de métros, d’un bouquin roulé sous les aisselles, et d’une écrivain qui passait par là poussé par une coincidence qui ne s’était pourtant pas présenté

enfin, vous ne voyez sans doute pas où je veux en venir et c’est probablement mieux ainsi
d’autant que vous pourriez commencer à en prendre l’habitude, n’est-ce pas?
alors, sans doute que vous ne sauriez pas plus trancher cet autre point de débat consistant à savoir si la treizième chanson du sixième album de mon groupe favori doit être considéré comme faible ou non?

toujours est-il que le diner a finalement dérapé en blind test interminable…
ce qui est de bonne aloi pour un dinerdujeudi un vendredi

Et même qu’on a écouté ça…
Et même qu’on a mangé ça:
Le mélange onctueux à tartiner – à la chèvre, aux aubergines et aux tomates
Des petits cakes qui sentent bon le sud
De la pintade, du pesto et un cru-cuit de courgettes à tomber
Choux mi-ange, mi-démon

Du Dîner Ricain

«’tain! Un Dîner du Jeudi à 6?! Mais ça déchire sa mère ça? Zyva Raconte!»

Pas mal hein?
Bon dans le tas, il y avait une pique-assiette, mais quand même!
D’un côté la meuf, ça fait quand même 3 fois qu’elle vient…
On aurait dû s’en douter, hein?
D’ailleurs, à peine la Tarte au Noix de Pécan ingurgitée, qu’elle s’est tirée.
C’est plus c’que c’étaient les piques-assiettes…

On a pourtant eu quelques chouettes sujets de conversation ce soir-là.
Le charisme des groupes de rock sur scène…
Et l’incision aussi! Sur cadavres frais ou vivants, au choix…
Donner son corps à la science?
Après la mort, j’entends…
Si j’ai bien compris, ils en retirent la peau qui fait usuellement office de costume pendant que des étudiants jouent avec des mains sans famille…
Ou quelque chose qui s’en rapproche pour le moins.
Hum…
Tout est un peu confus…
Pour tout vous dire, je ne me souviens pas très très très bien, et je m’en excuse.
L’une des invités avait eu le bon goût de venir avec un magnum de champagne à moitié plein.
Un magnum à moitié plein: le comble de l’élégance provocatrice parisienne!
Oui, c’est classe… mais un peu confus aussi du coup.

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

Du Dîner des Mélanges

Le dîner des mélanges… Pfff…
Pas super accrocheur comme titre de dîner ça, n’est-ce pas?
J’avais bien tardivement suggéré Roulez-Poulet mais allez comprendre pourquoi cela n’a pas été retenu par le boss!

M’enfin…
On avait ce soir-là autour de la table un agent de sportif peu vereux, et une fille de pub, une habituée ayant subi bon gré mal gré l’implacable règle du parrain (« Si l’invité que tu nous envoie décommande, c’est toi qui te repointe sur le champ »).

Alors oui, on les connaissait tous deux dès le début du repas.
Et qu’importe finalement!
Et tant mieux même si le Dîner du Jeudi n’est qu’un prétexte pour passer un autre bon moment avec des gens qu’on aime.
C’est toujours ça que les Allemands n’auront pas! Non?!

Et même que ce soir-là, on a écouté ça…

PS: Au cas où cela n’apparaisse pas clairement à travers ce billet, j’aime vraiment beaucoup les Allemands!

Du Dîner Croquants&Fondants

Je ne sais plus très bien de quoi on a parlé à ce dîner du jeudi-là.
Et ce n’est certainement pas parce-que l’on se serait fait chier!

En premier lieu, Delphine avait sorti l’artillerie lourde en cuisine.
De la guérilla culinaire!
Du traquenard gastronomique!
Tu vas tout bouffer et ne rendras les armes qu’après avoir laisser tes papilles s’exclamer!!!
Mais voilà que je m’esbaudit un peu trop par ici.
Elle vous parle de tout ça un peu plus bas de toute façon.

Et si je ne me souviens plus précisément de quoi nous avons parlé à ce dîner du Jeudi, c’est surtout parce-qu’on y a jeté nos cagoules en l’air pour partir sautiller sur le parquet.

Je ne sais pas trop comment ça a commencé.
Je sais juste que ça a remué du fessier, ça a exhibé de l’aisselle, ça a rock’n’rollé à l’ancienne, ça a poumpopzedjamé jusqu’au bout de la night.
Du son qu’il est bon et qu’il est lourd, tellement qu’on vous en a mis quelques morceaux de côté dans la playlist de la soirée.

POUOMP HOP ZE DJAIMMMMM !

On est comme ça au Dîner du Jeudi.
Et même que ce soir-là, on a écouté ça…